Le bilan d’Elise (High School aux États-Unis)

Chers futurs étudiants-échange, chères familles,

Je m’appelle Elise, j’ai 18 ans et j’ai fait la démarche de partir avec WEP il y a environ 1 an et demi. Je suis dans l’Etat de l’Utah entre le Nevada et le Colorado dans la ville de Santaquin. Ah… Oui pour beaucoup d’entre vous, cet état peut être un peu effrayant et notamment à cause de la religion… Détrompez-vous, tout le monde est « normal » ici et c’est une religion comme une autre… Arrêtons les préjugés ! Et je vais vous démontrer en quelques lignes à quel point mon expérience est géniale ! Cela fait déjà quasiment 5 mois que j’ai décollé pour l’aventure et c’est avec un immense plaisir que je vais vous faire part de cette première moitié d’année…

Ma famille d’accueil se compose de mes parents âgés d’une cinquantaine d’années et de ma sœur qui a 14 ans. J’ai aussi 2 autres sœurs âgées de 20 et 28 ans et deux autres frères de 22 et 26 ans ; ces derniers ont tous leur propre maison/appartement. Je suis arrivée un samedi soir dans ma famille et je commençais l’école le lundi qui suivait, mon arrivée a donc été très intense. Intense niveau excitation mais aussi niveau fatigue, j’ai été mise dans le bain très rapidement ! Le premier jour d’école j’étais assez stressée mais en même temps super excitée de découvrir mon nouveau lycée, amis, profs… C’est impressionnant comment tous les Américains sont fascinés par le fait que je sois française ! Il y a énormément de personnes qui sont venues me parler, moi qui avais peur de me retrouver seule j’étais très rassurée… Les Américains sont super accueillants… même si l’on va vous parler le premier jour cela ne veut cependant pas dire que l’on va être votre ami(e), il faut s’y faire et cela peut être un des premiers « culture shock ».

En parlant de « culture shock », laissez-moi vous faire part de quelques-uns… Le plus gros et le plus dur à accepter pour moi a été le repas. Je crois que les fois où l’on a mangé tous ensemble en famille autour de la table, je peux les compter sur les doigts de la main… Moi qui avais l’habitude de passer tous les repas à table en France, j’ai mis du temps à m’adapter… Tous les membres de la famille mangent où ils veulent (bureau, salon, cuisine, salle à manger…) et quand ils veulent. Ensuite, je dirais, l’importance minime de Noël. Enfin, l’obsession de la nourriture, en fait ça me fait plus rire qu’un choc. Mais par exemple, à chaque fois que l’on prend la route pour aller quelque part, l’inquiétude n’est pas l’essence, l’heure d’arrivée ou que sais-je mais quand, où et qu’est-ce que l’on va manger haha.

Les premières semaines ont été très fatigantes car il y avait non seulement la fatigue de New-York (WEP propose un trip de trois jours avant de partir pour nos familles respectives), mais aussi la fatigue du décalage horaire -et oui 8 heures ce n’est pas rien ! – et passer du français à l’anglais non-stop n’était pas de tout repos non plus.

Mon intégration s’est merveilleusement bien passée. Mais pour cela j’ai quand même dû fournir quelques efforts… On ne se fait pas des amis en claquant des doigts et il ne faut pas s’attendre à en avoir des millions au bout d’une semaine… Patience… Je me suis directement dirigée vers les sports que proposait l’école dès le premier jour déjà parce que j’adore ça et en plus c’est un bon moyen de se faire des potes. J’ai donc fait partie de la cross-country team (=course à pieds). J’ai ensuite 3 bonnes copines avec qui je mangeais souvent qui font du théâtre, je me suis dit pourquoi pas moi ? J’étais donc dans la classe théâtre pour le premier semestre. La troisième chose a été le club de français. J’ai créé un club de français ouvert à tous, pour découvrir les différences France/USA, la cuisine française, démontrer que Paris n’est pas la seule ville chouette et attractive, les musiques françaises et j’en passe… J’ai été un peu aidée par la prof de français qui m’a fait de la pub, elle a trouvé l’idée géniale et j’ai fait carton plein !! RDV tous les mardis midi au moment du lunch dans la classe de français avec une quinzaine de personnes…

J’aimerais briser un tabou et aborder la question de la religion mormone dans l’état de l’Utah. Je ne vais pas vous cacher que c’était une inquiétude énorme pour mes parents avant que je parte. J’aimerais en parler aussi pour les futurs étudiants-échange qui se retrouveraient dans cet Etat et finalement comme dans ma situation il y a quelques mois… Nos pensées sont basées sur des « on dit » et des préjugés et je trouve ça tellement dommage car ce sont tous des gens absolument « normaux », avec le cœur sur la main et très généreux. Quelle est la grosse particularité de cette religion ? Ils vont 3 heures à l’église tous les dimanches. Ma famille d’accueil ne m’a jamais obligée à y aller mais j’y suis allée une fois par curiosité. La première heure est l’heure du sacrement ; la deuxième est par tranche d’âge où l’on discute de certains passages de la bible et la troisième est par groupe. Les groupes sont : filles de 13-18 ans/ garçons de 13-18ans/ adultes Hommes/ adultes Femmes. Ces rassemblements de la troisième heure sont plus des prises de parole libres, le moment de s’exprimer sur ce que l’on veut et de manger un petit brunch convivial.

J’ai déjà parcouru un bon bout de paysage. J’ai eu la chance d’aller dans les parcs nationaux Yellowstone et Creator of the Moon dans l’Idaho, au nord de l’Utah. Je suis également allée dans l’Arizona –au sud de l’Utah- et j’ai eu l’immense chance d’aller passer 2 jours au parc national du Grand Canyon, un jour à Antelope Canyon en passant par le lac Powell et Horshoe Bend et nous avons fini notre trip dans l’Arizona par Bryce Canyon le dernier jour. Je n’ai pas besoin de vous préciser que ces voyages étaient à couper le souffle, je pense que même les mots ne sont pas suffisants pour décrire la beauté et la grandeur des paysages et je mesure la chance que j’ai d’avoir une famille aussi formidable de m’avoir permis de voyager autant.

Je pense d’ailleurs que je ne remercierai jamais assez ma famille d’accueil pour tout ce qu’ils ont pu faire pour moi. Je vous parle d’une « famille d’accueil » mais c’est bien plus que ça, c’est une 2e famille pour moi. Ils m’ont et continuent de tellement m’apporter… C’est une expérience très enrichissante. Quand on parle d’une vie dans une année et pas d’une année dans une vie je confirme à 3000 % : je suis à peine à la moitié de mon aventure et cela passe à une vitesse folle et ce, parce que je me sens bien. Je leur dois à eux bien sûr, à ma maman d’accueil qui a cet instinct maternel que j’aime beaucoup, je sens du réconfort lorsque j’en ai besoin, elle est très à l’écoute. Parce qu’être étudiant(e) d’échange c’est aussi avoir des peurs, des manques, des doutes, des pleurs mais croyez-moi ça en vaut tellement la peine. Ma sœur d’accueil a 14 ans mais comme elle est la petite dernière de famille elle est très mature et nous nous entendons très bien, j’ai trouvé une deuxième petite sœur à l’autre bout du monde. Mais j’ai aussi dû faire face à de la jalousie au début avec elle, car forcément je prends une nouvelle place dans la famille et l’attention n’est plus forcément tournée que vers elle… La seule chose qui résout les problèmes est le dialogue, j’en ai parlé avec ma mère d’accueil et puis au fil de l’année je pense que ma sœur d’accueil a compris que je n’étais pas là pour lui piquer sa place et la preuve on s’entend super bien. Mon frère et ma sœur d’accueil de 20 et 22 ans habitaient à la maison au début de l’année et je m’entendais super bien avec eux… on était tous un peu triste lorsqu’ils sont partis… Et puis il y a mon père d’accueil avec qui je m’entends bien aussi, même si ce n’est pas la même relation qu’avec ma maman d’accueil et il est très occupé par son travail.

Mon anglais après près de 5 mois n’a rien à voir avec le début de mon année scolaire ici. Je suis partie avec un niveau Bac. Je me débrouillais bien mais je n’étais pas non plus excellente. Quand je suis arrivée je comprenais beaucoup mieux que je ne parlais anglais. Ça a d’ailleurs été super frustrant parce que les gens pensent que vous ne les comprenez pas très bien parce que vous ne vous exprimez pas comme vous le souhaiteriez. Le remède pour acquérir un bon niveau ? Le temps et la patience… Non on ne devient pas bilingue ni en deux jours ni en claquant des doigts (bien qu’aujourd’hui je ne me considère pas bilingue, j’ai encore beaucoup à apprendre !)… ça se saurait sinon ! Donc ne vous inquiétez pas si au bout d’un mois vous n’êtes pas forcément toujours très à l’aise… Le tout est d’y mettre du sien et de ne pas non plus attendre que quelque chose de magique arrive ! Tant que vous faites des efforts, cela payera et puis chaque expérience est unique, comparer nos expériences à ce niveau n’a pas trop d’intérêt si ce n’est se mettre une pression supplémentaire… Donc allez à votre rythme !

Voilà, j’espère que si vous avez l’intention de partir dans un futur plus ou moins proche ou de faire partir vos enfants, cela vous a un peu plus éclairé sur vos différentes inquiétudes/questionnements… N’hésitez pas à me poser des questions, j’y répondrai avec grand plaisir. ☺ C’est une expérience magique, unique, le « truc » qu’on vit qu’une fois dans sa vie mais qui la marquera à tout jamais. Cette aventure folle dans laquelle je me suis lancée me fait grandir un peu plus chaque jour. Je rencontre encore des gens/personnalités diverses et variées et cela aussi qui fait la richesse d’une expérience. Je vous laisse sur cette belle citation que j’aime beaucoup et que je confirme : « Travel is the only thing you buy that makes you richer » (Le voyage est la seule chose que vous payez et qui vous rend plus riche).

Elise

Ton aventure aux Etats-Unis commence ici !

 

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Etudes à l'étranger (14-19)
2 comments on “Le bilan d’Elise (High School aux États-Unis)
  1. DELANNOY FRancoise dit :

    Merci Elise pour ton magnifique témoignage. En effet tu as beaucoup de chance et je vois que tu es réaliste. Tu y mets du tien pour te sentir bien dans ta famille d’accueil et tu es ouverte pour rencontrer les personnes comme elles sont et sans préjugés. Tu profites de chaque moment pour vivre, apprendre, découvrir, partager et surtout transmettre… à tous et aux futurs étudiants.. Tu es aussi reconnaissante.
    Bonne continuation et au plaisir de te lire encore…. gros bisous Françoise D. Amie de Eurielle et de tes parents

  2. weasbook dit :

    J’ai trouvé ton article super intéressant! J’avoue que partir dans un pays étranger me tenterait beaucoup, peut etre pas pour une aussi longue période mais assez longtemps pour vraiment intégrer un minimum la culture et le mode de vie (je fais des études d’anglais, ils proposaient Erasmus mais y’a tellement peu de places qui demandaient une telle moyenne que je l’ai pas tenté ://), cette année déjà je pense partir au moins pour des vacances entre amies, ça me fait peur car partir loin de chez moi c’est super angoissant mais en même temps j’ai envie de découvrir d’autres pays plutôt que de rester en France éternellement😅 J’espère que ton séjour se passe toujours aussi bien, bonne journée!😘 (j’écris des pavés, sorrey😂😅)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :